W.I.P. #1 Les cavaliers de la tempête

 

A qui et comment faut-il s’adresser pour se faire entendre, sous un calme apparent les événements et les éléments
sont hors contrôle.


Un mouvement sauvage dans un environnement urbain, faisant fi de la politesse, les meutes se forment comme un réflexe de survie.
Avec qui cours-tu ? Quelle est ta position ? Qui mène la chasse ? Qui mange en premier ? Le dominant, la soumise, l’exilé... les caractères et les traits de société se concentrent dans un enjeu vital.
Les relations crues et sincères, sans arrondies, peuvent être tendres et violentes. Accepté ou non dans le groupe, on peut en faire partie où vivre en marge.
Cette oeuvre examine les instincts primitifs d'une société menacée, en quête d'un avenir.


Les 5 danseurs du projet sont issus pour la plupart des danses urbaines, cherchant les chemins corporels inédits,
sans peur de casser les barrières.
Les chorégraphes tracent une route qui déplace les frontières sortant constamment de la zone de confort des acquis, ainsi stimulés par les défis.

 

Saison migratoire   Création 2016

pièce pour  4 danseurs et 1 musicien
En toile de fond le chef d’oeuvre de Stravinsky
Un sacre de printemps qui se tourne vers les sacrifices subis par un peuple migrateur. Mouvements pièges : rester est impossible, partir est compliqué, le voyage hasardeux, pour aller où ?

Des corps pleins d’expériences, obligés de se déplacer. Ils ne partent pas à vide, habités de souvenirs qui confortent, réchauffent, mais qui peuvent aussi peser lourd...
Les chorégraphes s'inspirent et se servent d'éléments de leurs propres histoires personnelles et professionnelles

 

1 Odyssée 2 Corps

 

Nos vies sont truffées d'aventures, de pièges, d'adversaires, d'obstacles, de tentations, de dangers, d'amour, de beauté, d'harmonie...
L'ampleur d'un événement dépend des nuances de la lumière qui l'éclaire et de l'importance qu'on lui donne.

Une simple souris peut devenir un vrai Minotaure pour certains. 

 

Ici 2 destins se croisent pour partager quelques épisodes,  traversant parfois des zones d'ombres et des mises à l' épreuve, des sensations de  verrouillage ou de doutes mais aussi une solidarité, une fraternité et l'ouverture de nouveaux chemins surgissant du débris.
Les héros arrivent toujours à bonne porte.

Les rencontres, les événements et les échecs dépendent-ils du contexte dans lequel nous les mettons ?


1 Odyssée 2 corps existe en 2 versions, la même matière vécue de 2 manières différentes :

1 - une version inattendue, de rue, surgissant de rien sans décor, sans lumières, sans costumes, l'écriture à l'état cru dans un environnement quotidien, l'histoire de tout le monde.

2 - un spectacle sur scène, avec décors, costumes, lumières , la mise en page d'une édition soignée, l'histoire d'un monde extraordinaire.

 

Kwranno

Projet chorégraphique participatif, en partenariat avec le centre culturel de Combourg.

Le projet, Kwranno (arbre en celte), porte sur la nature, nos relations avec elle, de la destruction à la renaissance. 

Source d'inspiration, de nourriture,  de respiration, et selon les celtes lieu d'hébergement des dieux, les arbres sont au coeur de cette oeuvre, ainsi que les relations complexes et interdépendantes qui nous lient à eux.

 

5 ateliers ont eu lieu pour construire la chorégraphie : les 31 janvier,  28 février, 22 mars, 12 avril, 8mai

La présentation s'est déroulée le 10 mai 2015 à Dingé lors du festival "Plantes et Zic" organisé par le centre culturel de Combourg.

 

 

Homéostasie

L'homéostasie est la capacité que peut avoir un système quelconque à conserver son équilibre de fonctionnement en dépit des contraintes qui lui sont extérieures.

Création construite d'un solo de Michelle Brown : Pi et d'une 2ème partie avec 4 danseurs.

Pi : Comment l'intime s'exprime pour définir une forme et un chemin souvent construit par tant de calculs raisonnés. 

Groupe : La vie est faite de tensions, de pulsions qui nous propulsent vers l'avant. 

De l'envie de vaincre dès la naissance, jusqu'au tango final. Ttraversée hasardeuse où la force réside dans la capacité à s'adapter aux situations et aux autres.

 

La capoeira est une partie fondamentale du vocabulaire de la cie Ladaïnha.

Les deux chorégraphes ont souhaité plonger dans une recherchede mouvements puissants et performants 

Une alliance s'est formée avec une autre danse urbaine, le break dance.

 

 

Resistencia

 

La création 2013 explore les actions subversives de rébellion.


Quand l’être est obligé de plonger dans l’obscurité et l’anonymat pour garder sa liberté de penser. Être libre n’est pas qu’une condition physique. L’oppression mène forcément à la résistance car l’espoir ne meurt jamais.
Les périodes de difficultés font émerger des réactions insoupçonnées,
La débrouille et la solidarité font surface, la difficulté physique stimule l’ingéniosité.
On devient les créateurs de nouveaux chemins.

 

Les silhouettes se faufilent, glissent, changent de forme... Traduisant la fuite, la peur, le courage, l'espoir, la rage...

Les corps et les objets dans l’espace créent des chemins, des clairières, des pièges, des barrières à franchir et des limites à ne pas dépasser.
Derrière l’individu sans visage qui est au cœur de la lutte défiante et astucieuse, se cache un monde vulnérable.
L’admiration que nous incite le sujet suggère l’élégance des lignes, la séduction des courbes, le risque des chutes, la force et le désespoir dans les portés, l’urgence dans les déplacements mais aussi le droit de rire et d’être léger malgré la gravité, car c’est bien la raison de la lutte.

 

 

 

 

La marge

 

Quand est-on autour, quand est-on au centre ?
Dans la capoeira, la marge est la roda, le cercle qui définit l’espace de jeu. En se situant sur cette bande on est à la fois à l’extérieur et à l’intérieur. Spectateur et participant.
Ici les hommes de nul part se cherchent, sans vouloir se montrer. à la fois complices et concurrents L’instinct animal renifle la ville, et les apparences peuvent être trompeuses !
Un spectacle pour trois rigolos sachant sauter.
 

Cette chorégraphie a été créée suite à une commande du théâtre de Coutances, pour une diffusion à la maison d’Arrêt en octobre 2011. Dans un contexte contemporain et urbain, accompagnée par une musique live faite sur mesure, le projet fait référence à un moment historique à la fin des années 20 début des années 1930 au brésil, la capoeira est interdite et le code pénal attend les «joueurs». Dans un climat d’oppression, ses adeptes ont eu besoin de toute leur malice pour survivre. La résistance se construit derrière un sourire.



​Chorégraphie : Armando Pekeno & Michelle Brown
Musique : Eric Trochu
Interprétation : Ayã Carvalho (Papagaio), Jeremy Nizan (Batman), Julien Kabwa (Boi Manço)
Chargée de production/contact Cie : Estelle Gouvenelle
Photo : Melvine Harlé- Scale

 

 

Le Ballet des Bâtisseurs

 

Projet solidaire, communautaire et artistique.



Jusqu'à 50 participants qui s'investissent sur place pour monter en mouvements dansés, une sculpture qui restera comme

témoin de cette aventure humaine.
La danse est un art éphémère, elle ne laisse de traces que dans nos souvenirs. Nous avons senti le besoin d’un acte
positif qui marque d’une façon constructive et concrète le paysage contemporain. Un mouvement collectif où chaque
individu peut tracer son chemin et laisser son empreinte. La sculpture qui en découlera racontera les mouvements des
danseurs dans leurs formes.

La matière servira d’encre pour l’écriture des corps qui à son tour pourra être traduite par leregard de chaque spectateur.

Le processus de construction était autrefois une question d’entre aide. Nous voulons raviver cette notion par le biais d’une interaction communautaire indépendante de toute disparité pour être dans une action positive ensemble.



Visitez le blog du Ballet des Bâtisseurs



 

 

 

 

RB&QdP*Robe Bonbon et Queue de Pie

 

Au commencement il y a un mur. Une envie de bâtir, de monter. Un élan positif. L’instinct primaire de

se créer un abri. En terre, en tête ou dans le souffle de l’autre. Robe Bonbon et Queue de Pie, est une

poésie corporelle éclairant un rêve qui s’accroche et s’affine pour entrer dans un monde réel. Sur

un nuage d’espoir, les ouvriers improbables vêtus d’élégance s’efforcent de comprendre leur chantier

personnel en rangeant les souvenirs qui traînent. Ils insufflent un chemin vers l’avenir.

 

Chorégraphie et interprétation : Armando Pekeno & Michelle Brown

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now